5 juin 2013

Dossier : La Ferme des Animaux





La Ferme des Animaux est un roman de fiction, une fable puisque les animaux sont dotés de caractéristiques humaines. L'histoire se passe dans une ferme, d'abord appelée "Fermer du Manoir" et qui appartient au début du livre à Mr. Jones, un homme alcoolique et maltraitant ses bêtes. Les animaux de la Ferme, les cochons Napoléon, Brille-Babil, et Boule de Neige, le cheval Malabar, la jument Douce, l'âne Benjamin, les chiens, poules et moutons, décident de se révolter suite à un conciliabule nocturne demandé par Sage l'Ancien, un vieux verrat respecté par tous.
Ils chassent Jones de la ferme et mettent en place des commémorations, choisissent un hymne et un drapeau qui symbolisent le nouveau régime des animaux. Mais surtout, des commandements, au nombre de sept, sont écrits en caractères majuscules sur les mur de la Ferme (vous les trouverez en extrait). Ceux-ci sont par la suite résumé en deux phrases, une sorte de slogan : "Deuxpattes non, Quatrepattes oui".
Puis au fur et à mesure du temps, les choses changent. Les cochons se comportent peu à peu comme ceux qui les oppressaient, modifient les Sept Commandements d'origine (ces modifications sont entre parenthèses dans l'extrait). Boule de Neige, l'un d'eux, est chassé et accusé de tous les maux et les dysfonctionnements dans la Ferme : le moulin en construction depuis deux ans a été détruit ? Ce sabotage est fait par Boule de Neige. Il aurait pactisé avec Jones ? En voici la preuve par des documents officiels que les cochons ont trouvé, et qu'ils feraient bien lire aux animaux si ceux-ci le pouvaient. Napoléon s'entoure d'une garde rapprochée, neuf molosses enragés, et fait peu à peu régner la terreur. Les animaux, devenus soumis, ne sont pas plus heureux que sous la "période Jones".
Et durant la dernière scène s'opère quelque chose qui fait frissonner : Douce et Benjamin, assistant sans être vus à un buffet entre les fermier (les "Deuxpattes") et les cochons (les "Quatrepattes"), voient ceux-ci se changer, se métamorphoser : ils portent des vêtements, boient et jouent au dés, et finalement les deux équidés ne distinguent plus l'homme du cochon.


On peut lire ce roman de deux façons : le premier degré, c'est la lecture simple et "superficielle", une fable parlant d'animaux qui se révoltent, point. 
Et le deuxième degré, c'est une fable qui rappelle les régimes totalitaires du XXe siècle. On peut établir de très nombreuses comparaisons entre ce nouveau régime des animaux et le régime soviétique, notamment sous Staline. 
En effet, après le renversement de Jones par les animaux, ceux-ci prennent le pouvoir. Ils érigent un drapeau, un sabot et une corne sur fond vert (qui rappelle la prairie), et qui sont une parodie du drapeau communiste, une faucille et un marteau sur fond rouge, symbole de l'union agricole et ouvrière. De plus, au fur et à mesure du livre, les cochons s'enrichissent et vivent confortablement aux dépends des autres animaux, qui eux vivent de plus en plus misérablement : parallèlement, le pouvoir est concentré entre les mains d'un petit nombre, qui sont les chefs du parti unique soviétique communiste, et les richesses sont inégalement partagées.
D'autre part, au début du livre, Napoléon se dit marchant dans les pas de son prédécesseur Sage l'Ancien : c'est le cas de Staline, qui se prétend "héritier de Lénine".
Les neufs chiens dressés, enlevés à leur mère dès leur naissance (alors que durant la réunion nocturne qui précéda le Soulèvement, les animaux se plaignaient que l'on leur enlevait leurs petits - les quatre poulains de Douce, les oeufs des poules...) deviennent des molosses enragés et assoiffés de sang, à la solde de Napoléon : on peut établir une comparaison avec la police politique soviétique, le NKVD ou Tcheka. 
On peut également parler du chapitre des aveux, où des animaux révèlent qu'ils ont trahi le régime de Napoléon en étant de mise avec Boule de Neige. Ils sont massacrés par les chiens : en 1937-1938, les Grandes Purges de Staline font des milliers de prisonniers et de morts (exécutés par exemple), la torture est pratiquée pour obtenir des aveux, les arrestations, les éliminations, sont très nombreuses, les procès condamnant les personnes présumées ou prétendues opposantes au régime sont truqués. Encore une fois, la ressemblance est frappante. 
On peut ainsi établir de nombreux parallélisme entre la trame de ce roman, ce "régime des animaux", et le régime totalitaire soviétique, dénoncé par Orwell.



George Orwell s'appelle en réalité Eric Arthur Blair. Il est né aux Indes en 1903 et meurt dans la clinique d'une banlieue londonienne en Janvier 1950. Il fait ses études à Eton puis sert en Birmanie dans la police impériale des Indes. Il rentre ensuite en Europe en espérant gagner sa vie avec ses écrits, mais vit misérablement et décide de devenir professeur en Angleterre. Il est soldat en 1943 dans les rangs républicains lors de la Guerre Civile en Espagne, mais est blessé. Il sera également présentateur de la la radio anglaise BBC lors de la Seconde Guerre mondiale. C'est un écrivain, un chroniqueur et un journaliste politique engagé.

"1. Tous deuxpattes est un ennemi
2. Tout quatrepattes ou tout volatile, un ami
3. Nul animal ne portera de vêtement
4. Nul animal ne dormira dans un lit (avec des draps)
5. Nul animal ne boira de l'alcool (à l'excès)
6. Nul animal ne tuera un autre animal (sans raison valable)
7. Tous les animaux sont égaux (mais certains sont plus égaux que d'autres)"



La Ferme des Animaux, (version originale : Animal Farm) George Orwell, publié en 1945, j'ai lu le roman édité chez Gallimard Jeunesse, et qui fait 151 pages.

7 commentaires:

  1. Suite à une mauvaise manip', les commentaires ont été supprimés...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce n'est pas grave. :)
      Je disais que j'avais lu La ferme des animaux pour le collège. L'histoire ne m'a pas passionné mais le contexte et tout ce qu'il y a derrière, c'est énorme. Orwell est très fort.
      Tu l'as aimé, Safran ?

      Supprimer
  2. Je l'ai lu cette année et je l'avais bien aimé mais j'ai passé des heures et des heures en français à décortiquer chaque passage et ça m'a vite saoulé donc je ne veux plus jamais le revoir !!!! ;-)
    J'ai lu 1984 pour le plaisir et je l'ai préféré à la Ferme des Animaux, c'est de la Dystopie et j'adore ça.

    RépondreSupprimer
  3. Je le lis en ce moment pour le collège !

    RépondreSupprimer
  4. LilouLacomtesse19 juin 2013 à 12:49

    Moi je n'ai pas aimé l'histoire, je la trouve dure :/
    Qu'en as tu pensé Safran ?

    RépondreSupprimer

Coffee & Books demeure en ligne, mais il n'est plus possible de commenter les articles. Pour savoir pourquoi, merci de vous référer à l'article "Dernier baisers". Il est toujours possible de me contacter via l'adresse mail ou le formulaire prévus à cet effet.
Merci !

Les dernières chroniques

      

En cliquant sur les couvertures, vous accéderez aux dernières chroniques publiées sur Coffee & Books. Bonne lecture !

Vous aimerez aussi...

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Coups de coeur du moment