3 janvier 2014

Sentiment 26



2065.
Après une guerre qui a plongé le monde dans le chaos, le Guide Suprême a pris le commandement de la dernière Cité. Ce refuge, ceinturé d’une muraille fortifiée, est organisé en différentes castes : de A à D, des citoyens Admirables aux citoyens Déviants. Pour préserver l’harmonie, tous ont subi une lobotomie. C’est la garantie qu’ils n’agiront jamais contre le Système et respecteront les Sentiments, le livre qui régit leur moralité. Et surtout qu’ils ne s’aventureront pas hors de l’enceinte, chez les
Maudits -  ces odieuses créatures qui hantent la nuit de leurs cris inhumains…
Evie, 16 ans, une B, travaille pour le gouvernement et étiquette d’une lettre, jour après jour, l’ensemble des habitants. Promise à Lucas, être froid et distant, parfait A et futur haut dirigeant, elle est en fait amoureuse de son frère Raffy, infréquentable D. Et quand le Système lui ordonne de bannir Raffy sur les terres des Maudits, elle refuse de s’exécuter. Auront-ils la force de s’opposer, ensemble, à la Cité ? (Babelio)


J'ai eu beaucoup de mal a rédiger cette chronique. Pourtant le roman de Gemma Malley a frôlé le coup de coeur. Mais pas tout de suite, puisque c'est seulement à la deuxième lecture qu'il m'a conquise, alos que j'avais arrêté la première faute d'envie. 

On rentre vite mais peu profondément dans l'univers futuriste créé par l'auteur ; C'est peut-être dû à un manque de descriptions, à un décor peu défini, mais cela ne m'a pas empêché d'être proche d'Evie, et ce dès les premières pages. On se ressemble par certains côtés, mais elle n'est pas du tout mon alter ego littéraire et je l'ai trouvé parfois trop passive, à attendre et subir. Quoi qu'il en soit, le début a été fort.

 Fort, c'est aussi le caractère du ténébreux Raffi. Fort, hargneux et grognon, il m'a parfois agacé. Mais on peut lui trouver des circonstances atténuantes, lui qui a grandi exclu, incompris, très seul et aux côtés d'un frère qu'il déteste et considère comme un traître : Lucas, l'opposé de Raffi à tous points de vue, qui vient fermer le triangle amoureux de l'histoire. Ce dernier est prévisible sans être niais et est étonnamment proche de celui de Promise, la saga dystopique d'Ally Condie. 

Je n'en dis pas plus pour vous laisser savourer la lecture, mais ces trois personnages sont un point intéressant du récit. Ce ne sont pas les seuls les acteurs de l'intrigue, et le point commun à presque tous les personnages créés par Gemma est leur psychologie complexe et intéressante. En tout cas ces personnages m'ont plus marquée que l'écriture de l'auteur : sa plume est agréable à lire par sa fluidité, mais elle n'est pas exceptionnelle. Heureusement que Gemma a beaucoup d'idées et qu'elles sont intéressantes : malgré un rythme un peu trop rapide, la trame reste prenante, vraisemblable et facile à suivre. Différents angles de vue enrichissent l'histoire, et j'ai particulièrement aimé le fait que Gemma nous explique comment la société a peu à peu basculé. 

Au sein du récit, passé et présent se donnent la réplique et nous montrent comment les atrocités ont stigmatisé la société, en laissant une marque fer blanc et des vies brisées. Pas de fin vraiment heureuse après ce qui s'est passé. Et ça rend le récit plus réel. 
On reconstruit, on se reconstruit, on a le droit d'être heureux, vraiment heureux, mais pas celui d'oublier. Sans plomber son existence, sans s'arrêter de vivre, on doit prendre soin de ceux qui ont souffert. On doit honorer les victimes et travailler à ce que les horreurs ne se reproduisent plus. Oui, ça semble cliché. Mais c'est tellement facile à dire qu'à faire ! Et vu que la saga continue, je me demande si les prochains volets de cette série parleront de cette reconstruction. 

En attendant, malgré peut-être un très léger sentiment de redite, ce roman n'a fait réfléchir. Je ne partage pas certaines idées de Gemma, mais il m'a fait réfléchir. C'est un roman aux personnages majoritairement complexes et recherchés et à la trame intéressante. Les bonnes idées de l'auteur viennent rehausser une plume agréable mais sans beaucoup de caractère, et l'intrigue est prenante. 
Gemma Malley signe ici un très bon roman de science-fiction que j'ai bien -ou beaucoup ?- aimé.

                                            
Sentiment 26 est le premier tome de la trilogie The Killables, écrite par Gemma Malley et publiée en 2012 aux éditions Hodder & Stoughton en version anglaise.
 Elle a été publiée en français aux éditions Michel Lafon le 12 Avril 2012.
Le roman fait 315 pages et coûte 15 euros à la Fnac.

Gemma Malley a étudié la philosophie à l'Université de Reading (Angleterre). Elle a travaillé comme journaliste et rédacteur en chef de plusieurs revues professionnelles. avant de devenir employé d'Ofsted, l'établissement britannique de l'inspection de l'éducation.
Elle est mariée et vit à Londres.
Gemma Malley a débuté avec un roman d'anticipation pour adolescents appelé La Déclaration (2007), premier titre d'une série de dystopies. (Wikipédia)


Livre lu dans le cadre d'une Lecture en Tandem avec Miel, du blog Histoires en Vrac.
Son avis est à venir.

4 commentaires:

  1. J'avais déjà donné mon avis, mais je le réécrit ici :
    Je n'ai pas vraiment été enthousiasmée par ce livre... Je trouve les personnages assez plats, mais surtout un peu agaçants et pas très attachants. Tout est assez prévisible, et le fait que l'histoire soit banale (pleins de livres ont ce thème !) n'arrange rien. Au début, alors que l'héroïne ne sait encore rien, on comprend la plupart des choses 20 pages avant elle !
    Mais il y a quand même quelque chose qui m'a plu ^^, c'est l'explication des Maudits. L'auteur a réussi a donner une explication assez plausible (et qui se tient) de comment on en est arrivé là, de ce qui s'est passé entre 2013 et le jour où se passe l'histoire. Dans d'autres romans de sf on sait juste qu'il y avait notre époque --> une catastrophe qui a bouleversé le monde --> la société qui est décrite dans le livre. Mais là ce n'est pas le cas, on a des précisions sur cette catastrophe :) !
    Par contre le dénouement m'a laissé sur ma faim (ou fin ?). Contrairement au début que j'ai trouvé trop long, la fin est très rapide... Sans explication sur ce qui va suivre. (j'ai écrit ça alors que je ne savais pas qu'il y aurait une suite, donc peut-être que les prochains tomes feront changer mon avis...)
    Pour résumé tout ça en un mot : bof. J'ai trouvé ça assez inégal.
    En même temps, mon avis a peut-être été influencé par le fait que je m'attendais à mieux. J'ai été déçue en le lisant.

    RépondreSupprimer
  2. J'ai adoré ce livre ! Et j'espère vraiment que le tome 2 sortira un jour en VF !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne sais pas pourquoi, mais la fin ne se présente pas comme s'il allait y avoir d'autres tomes après... On n'est pas coupé au milieu d'une action palpitante, et pourtant ! :)

      Supprimer
  3. J'ai adoré de livre, comme tous ceux de Gemma Malley dailleurs. Je n'arrive pas à développer pour le moment, mais ça viendra :) .

    RépondreSupprimer

Coffee & Books demeure en ligne, mais il n'est plus possible de commenter les articles. Pour savoir pourquoi, merci de vous référer à l'article "Dernier baisers". Il est toujours possible de me contacter via l'adresse mail ou le formulaire prévus à cet effet.
Merci !

Les dernières chroniques

      

En cliquant sur les couvertures, vous accéderez aux dernières chroniques publiées sur Coffee & Books. Bonne lecture !

Vous aimerez aussi...

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Coups de coeur du moment