5 septembre 2013

Jake Djones Gardien du Temps : Tome 1 - Mission Venise

(l'image est de petite taille, mais je n'ai pas trouvé plus grand en édition française)

Alors qu'il rentre chez lui sous la pluie battante après une longue journée de cours, Jack Djones est enlevé par d'étranges ravisseurs : un gentleman en costume et haut-de-forme et son chauffeur en livrée. Ceux-ci ne cessent de répéter qu'ils ne sont pas les ennemis du jeune homme, tandis qu'il l'emmènent dans leur quartier général en Normandie, et plus précisément au Mont Saint-Michel... au XIXe siècle. Mais avant de prendre le breuvage qui lui fera remonter le temps, Jack fait la connaissance de plusieurs personnes ayant comme lui la capacité de se rendre dans différents lieux et époques de l'Histoire : le mystérieux et bourru Jupitus Cole, l'original Charlie Chierveley et son perroquet, ou encore l'odieux Nathan Saint-Honoré, frère de la pétillante Topaze... Et il découvre à sa grande surprise que des membres de sa famille font partie des Gardiens du Temps : sa tante, mais aussi ses parents, qu'ils pensait adultes sans secrets ; sauf que ceux-ci se sont égarés dans les méandres du passé sans donner de nouvelles depuis plusieurs jours... et que, malgré la menace qui plane au-dessus d'eux en la personne du redoutable prince Zedt, les jeunes Gardiens vont partir à leur recherche.


J'ai accepté avec plaisir de lire et de faire la chronique de plusieurs livres dans le cadre du Club Lecteur de mon ancien collège (héhé, je suis au lycée maintenant ! J'espère que vous avez tous passé une super rentrée !) : le premier volume des aventures de Jack Djones faisait partie de cette sélection et c'est une belle découverte ! Je n'avais encore jamais entendu parler de cette saga pourtant traduite en plusieurs langues, et ce premier tome me donne envie de continuer à arpenter les chemins de l'Histoire en compagnie des Gardiens du Temps et de l'Histoire. 

Le Mont Saint-Michel éclairé de nuit.

Même si le thème de ce roman n'est pas nouveau, j'ai beaucoup apprécié ce dernier ; l'un des points positifs majeurs est la plume de l'auteur : Damian Dibben mêle avec subtilité l'action et la description (que j'aime particulièrement : elle pose le décor tout en laissant l'imagination s'évader...) et son écriture fluide et très claire et agréable (j'ai l'impression de me répéter en écrivant ces phrases, de les écrire dans chaque chronique publiée ! C'est perturbant ^^) 

Les personnages sont plutôt sympathiques... quoique pas tous. Nathan Saint-Honoré est vraiment horripilant, dans presque tous ses actes et ses paroles : c'est un personnage attaché à sa pomme, à son paraître, n'ayant aucun respect pour les sentiments des personnes. Grrr, sur le podium des héros les plus casse-pieds, il talonne Bella Swan de Twilight. Quant à la romance entre Jake et Topaze, elle est si évidente que je ne spoile même pas : je ne sais pas ce que vous en pensez, mais je finis par être lasse de ces histoires d'amour si prévisibles. Le seul personnage vraiment complexe et intéressant est le ténébreux (pour ne pas dire grognon ^^) Jupitus Cole. Damian Dibben a réussi à me faire entièrement changer d'avis à son sujet, ce qui est quand même fort. Et l'excentrique Charlie Chieverley est aussi un personnage original, sympathique et très pince-sans-rire !
Je l'ai vraiment apprécié. 

Des personnages un peu stéréotypés, un peu "vu et revu", certains parfois carrément agaçants, ils ne comptent pas entièrement comme points forts. 

La "Rain Room" de Londres

En ce qui concerne les péripéties, les divers lieux où nous nous tenons aux côtés des personnages, ils regorgent d'imagination ! Londres dont les rues pavées s'illuminent sous le feu des lampadaires et les trombes d'eau qui s'abattent. Puis le Mont Saint-Michel de l'an 1820 (ce qui m'a amusée : étant allée dans ce lieu magnifique qui surplombe une étendue sablonneuse et mouvante, j'imaginais les personnages déambulant au milieu des pierres et des maisons que j'y avais vues !), un bateau appelé L'Echappée Belle, puis la sublime Venise et ses canaux de pierre... Et encore une fois, la plume est une belle alliée de l'imagination de Damian Dibben ; le roman compte de très nombreux rebondissements qui font avancer l'histoire en même temps qu'ils nous emmènent vers d'autres lieux...

C'est donc un bon roman, malgré parfois une impression de déjà-vu. Mais je l'ai lu avec beaucoup de plaisir, me dépêchant de le reprendre là où je l'avais laissé quand je m'interrompais. C'est un roman desservi par certains personnages, malgré une belle plume, pas mal d'humour et beaucoup d'imagination.
Jake Djones Gardien du Temps, tome 1, Mission Venise, paru en 2012 aux Editions Gallimard Jeunesse, 456 pages, 15 euros 50, traduit de l'anglais par Luc Rigoureau, paru en 2011 à Doubleday (maison d'édition d'origine)



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Coffee & Books demeure en ligne, mais il n'est plus possible de commenter les articles. Pour savoir pourquoi, merci de vous référer à l'article "Dernier baisers". Il est toujours possible de me contacter via l'adresse mail ou le formulaire prévus à cet effet.
Merci !

Les dernières chroniques

      

En cliquant sur les couvertures, vous accéderez aux dernières chroniques publiées sur Coffee & Books. Bonne lecture !

Vous aimerez aussi...

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Coups de coeur du moment