15 juillet 2013

Les Hauts de Hurlevent par Osmonde



(résumé du roman dans la collection Livre de Poche, paru le 2 Juillet 1974)
Les Hauts de Hurlevent sont des terres balayées par les vents du nord. Une famille y vivait, heureuse, quand un jeune bohémien attira le malheur. Mr. Earnshaw avait adopté et aimé Heathcliff. Mais ses enfants l’ont méprisé. Cachant son amour pour Catherine, la fille de son bienfaiteur, Heathcliff prépare une vengeance diabolique. Il s’approprie la fortune de la famille et réduit les héritiers en esclavage. La malédiction pèsera sur toute la descendance jusqu’au jour où la fille de Catherine aimera à son tour un être misérable et fruste.



Mon entourage m’avait conseillé ce livre, et ma prof de Français m’avait assuré qu’il était mieux que Jane Eyre de Charlotte Brontë. Pourtant, l’oeuvre d’Emily Brontë, sa soeur, m’a moins plu. Ma mère m’a confié qu’elle avait pleuré en regardant le film très fidèle au livre, mais l’auteure n’a pas réussi à me faire partager totalement les émotions des personnages.

Heathcliff est un enfant adopté par Mr. Earnshaw. Ses deux enfants, Catherine et un jeune garçon le méprisent, lors de son arrivée imprévue. Mais petit à petit Catherine va se rapprocher de Heathcliff. Malheureusement, ils seront contraints à être séparés plusieurs fois, et la jeune fille suivra une éducation chez la famille d’à côté, les Linton. Catherine reviendra quelques mois après, Heathcliff aura été maltraité par le frère de cette dernière. Catherine se marie avec le fils des Linton, alors qu’elle est amoureuse de Heathcliff et réciproquement. S’en suivra alors une vengeance menée par Heathcliff, qui aura été maltraité, et repoussé par son rang social. Dans ce livre, j’ai suivi l’évolution des deux familles, leur conflits, leurs mariages entre eux. C’est la servante Nelly, qui raconte l’histoire à un jeune locataire de la Grange, devenue la propriété de Heathcliff.

Ce roman regroupe deux parties. L’une avec la première génération des Earnshaw et Linton, et l’autre avec la seconde génération. Tout a été construit de manière détaillée. Le personnage principal est Heathcliff, et c’est lui qui chamboule la vie de tous ces personnages en s’organisant de telle manière à pouvoir posséder leurs terres, et leur argent. Il aime profondément Catherine, et leur amour n’éclot que vers la fin, en quelque sorte. Heathcliff est au début un gentil garçon, et je me suis très vite prise d’affection pour lui. Mais plus il grandit, plus il devient mauvais et tout ça pour une puérile vengeance.

 Le livre s’achève assez tristement. Tout ce petit monde est très attachant. L’histoire se déroule du point de vue de la servante qui peut cependant, nous influencer. Cette femme je l’ai perçue un peu comme la sage de l’histoire. Le reste, possède des défauts plus ou moins vilains. Seulement, j’aurais préféré que l’histoire soit racontée par l’auteur. J’aime les histoires d’amour, et c’en est justement la base du livre. Mais malheureusement je n’ai pas pu vraiment observer les moments d’intimité entre les personnages, ou leurs dialogues. Ça m’a légèrement dérangé.

Globalement, le livre m’a paru un peu lent. Je ne voyais pas vraiment l’intérêt de certains passages, qui m’ont un peu ennuyé, je l’avoue. La fin est mystérieuse et ne tient pas vraiment debout. En fait, ce que j’ai apprécié dans ce livre, ce sont les personnages aux caractères spéciaux, et captivants. Par exemple la deuxième Catherine est rebelle, mais aussi douce, gentille et juste. Je me suis beaucoup attachée à Heathcliff, grâce à toutes ces descriptions qu’a procuré l’auteure et c’est justement le point fort de l’histoire.


Un couple finit heureux, et c’est le plus inattendu de tous. Les trois personnages, les plus importants, sont morts… J’ai aimé la plume d’Emily Brontë. L’histoire en soi m’a un peu déçu, mais j’ai aimé suivre l’évolution des personnages malgré le fait que leur vie ne soit finalement pas passionnante, même semée de malheurs et d’embuches. L’imagination de l’auteure, pour avoir trouvé toutes ces idées afin qu’Heathcliff récupère Les hauts de Hurlevent et la Grange, est tout de même bien recherchée.


Les Hauts de Hurlevent par Emily Brontë, Edition Le livre de poche, 413 pages, 5 euros 50


6 commentaires:

  1. Tu n'as pas mis de notation !
    Perso, je voulais lire ce livre car j'en avais lu un extrait en BD... Mais ta chronique (très chouette, d'ailleurs) m'a un peu refroidie... Je pense tout de même le lire ! :)

    RépondreSupprimer
  2. En fait c'est la chronique d'Osmonde, une blogeuse qui a eu la gentillesse de la partager sur le blog :) Je vais lui demander la note qu'elle attribuerait à ce roman :)

    RépondreSupprimer
  3. Je l'ai lu il y a vraiment longtemps, ça me donne envie de le relire :)

    RépondreSupprimer
  4. Ah zut, j'ai oublié ma note ! Je lui ai attribué celle de 16/20 ;)

    RépondreSupprimer
  5. Super chronique!

    J'aime beaucoup ta manière d'organiser tes articles, très claire ce qui fait qu'il est facile de s'y retrouver !

    J'ai d'ailleurs très envie de lire ce livre (depuis le temps...)

    Lara Emilie @http://iletaitun-livre.blogspot.com

    RépondreSupprimer
  6. Je n'ai jamais été vraiment attiré par ce livre. Mais grâce à ta chronique, je vais le lire. Car même si tu fait ressortir des points négatifs du livre, les points positifs sont attractifs.

    RépondreSupprimer

Coffee & Books demeure en ligne, mais il n'est plus possible de commenter les articles. Pour savoir pourquoi, merci de vous référer à l'article "Dernier baisers". Il est toujours possible de me contacter via l'adresse mail ou le formulaire prévus à cet effet.
Merci !

Les dernières chroniques

      

En cliquant sur les couvertures, vous accéderez aux dernières chroniques publiées sur Coffee & Books. Bonne lecture !

Vous aimerez aussi...

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Coups de coeur du moment