4 juin 2013

Bertrand Puard, auteur de la série des "Effacés", a accepté de répondre à nos questions. Voici donc l'interview !



Coffee & Books : Bonjour Monsieur ! Pourriez-vous vous présenter en quelques mots ?
Bertrand Puard : Bonjour ! Je suis un auteur de trente-quatre ans, mordu de littérature et de cinéma, avec déjà une vingtaine d’ouvrages derrière moi dans des styles plutôt variés. En ce moment, je travaille comme un forcené sur Les Effacés, une série qui me tient particulièrement à cœur.

C&B : Auriez-vous envie de vous essayer dans un autre style que celui des Effacés ? (par Feuy)
B. P. : J’ai déjà écrit des romans de science-fiction, des romans historiques, des romans de littérature générale comme on dit, même un pamphlet… J’aime l’idée de ne pas me cantonner à un genre en particulier.

C&B : Quel est le passage de votre livre qui a été le plus difficile a écrire ? (par Feuy)
B. P. : Je n’ai pas l’écriture difficile ou douloureuse, je n’ai jamais eu le syndrome de la page blanche par exemple. Bon, quelque fois, j’écris, et je ne suis pas satisfait de mon travail, alors je me remets à l’ouvrage. Le plus difficile, dans la préparation des Effacés, c’est plutôt la préparation du livre, la documentation, et la composition du synopsis.

C&B : Que diriez-vous à un(e) lecteur/lectrice qui n'a jamais lu un de vos livres, pour le/la convaincre de découvrir "Les Effacés" ? (par Marinette) 
B. P. : Que c’est une série de thrillers engagée, ancrée dans la réalité d’aujourd’hui, une série « page turner » avec beaucoup de suspense donc, et qui se passe en France, ce qui est plutôt rare, même venant d’un auteur français ! Et puis que tous les lecteurs qui ont goûté au premier volume ont eu envie de découvrir les autres. Le bouche à oreille est fabuleux autour de la série et je ne remercierai jamais assez les lecteurs pour leur enthousiasme !

C&B : Quel est (ou sont) le(s) message(s) destiné(s) aux lecteurs, s'il y en a ? 
B. P : Pour le message, il serait de dire que nous vivions dans un monde rempli de faux-semblants. Et qu’ils sont légions dans les milieux où l’on se dispute le pouvoir… La politique, la finance, etc…

C&B : De combien de tomes environ la saga sera-t-elle faite ? 
B. P. : Il y aura 6 tomes pour la première série, et, je l’espère, si le succès est toujours au rendez-vous, 6 tomes pour la seconde… Plus des nouvelles toujours dans l’univers des Effacés comme celle qui vient de paraître dans le Je Bouquine de juin et qui raconte l’effacement de Mathilde, et qui se passe donc avant l’opération 1.

C&B : Dans quelles circonstances aimez-vous écrire (Proximité avec les livres, musique, silence total, nature...) ?
B. P. : J’aime écrire la nuit, dans le silence total et entouré de ma documentation, de mes notes. Mais, bien évidemment, j’écris aussi le jour. En fait, lorsque je suis dans l’écriture d’un des tomes des Effacés, j’écris sans m’arrêter pendant deux semaines, nuit et jour. Je sors totalement exténué de cette période, mais aussi, et surtout, totalement heureux.

C&B : Que représentent pour vous vos personnages ? Vous identifiez-vous à certains d'entre eux ? 
B. P. : Mes personnages représentent énormément de choses, ils sont la structure même de mon intrigue, surtout mes Effacés et Mandragore qui cache tant de secrets. Chacun a un peu de moi en lui je suppose…

C&B : De qui et/ou de quoi vous inspirez-vous pour vos personnages ? Pour votre roman en général ? 
B. P. : Je peux m’inspirer de tout, d’un de mes proches, de quelqu’un que je croise simplement dans la rue, ou d’un personnage que j’ai rencontré dans un livre ou dans un film. Chacun de mes personnages est original mais il est aussi la somme de diverses influences dont je n’arrive pas, parfois, à les déterminer toutes.

C&B : Quel est (ou sont) le(s) livre(s) que vous lisez actuellement ?
B. P. : Je lis beaucoup d’ouvrages sur le cinéma car ce sera le thème de l’opération 6 des Effacés, la dernière opération du premier cycle. Et, parallèlement, pour m’aérer un peu, je relis la saga des Fantômas, ce feuilleton paru au début du XXe siècle et qui avait tenu la France en haleine… C’est palpitant !

C&B : Si vous deviez partir précipitamment et n'emporter que trois livres, quels seraient-ils ? 
B. P. : Germinal d’Emile Zola, Daddy de Loup Durand, Illusions perdues de Balzac

C&B : Selon vous, être écrivain est-il dissociable d'être lecteur ?
B. P. : Non, je ne pense pas qu’on puisse devenir écrivain sans avoir été un lecteur boulimique dès son enfance, quand notre univers imaginaire se met en place. J’ai toujours eu la nécessité de me nourrir d’histoires. Il m’arrivait de lire deux ou trois livres par jour pendant mes vacances quand j’étais ado, un vrai marathon, et encore maintenant, je peux passer ma journée enfermé dans une salle de cinéma à regarder quatre films à la suite !

C&B : Vous est-il arrivé de ne plus avoir d'idées pour la suite de la saga pendant une période plus ou moins longue ? Si oui, qu'avez-vous fait ?
B. P. : Non car j’ai, dès le début, fait un plan détaillé des six premiers tomes, une « bible » comme on dit dans le jargon.

C&B : Etes-vous tenu de respecter des délais stricts ou plus "élastiques" pour vos romans ? Si oui, lesquels ?
B. P. : Je prends à peu près quatre mois pour écrire un Effacé. Ce sont des délais dont nous discutons avec mon éditrice et ils ne me sont pas imposés car je crois que pour donner le rythme fou des histoires, il faut aussi que je sois dans ce rythme fou dans la préparation et l’écriture…

C&B : Lisez-vous des romans jeunesse ? 
B. P. : Oui, j’essaye de me tenir au courant de l’actualité. Mais j’aimerais en lire plus !

C&B : Être écrivain a-t-il été toujours évident pour vous ? (Par Feuy)
B. P. : Oui, j’ai toujours eu l’envie de raconter des histoires et de les proposer au plus grand nombre. L’écriture s’est imposée à moi car j’étais un lecteur boulimique !

C&B : A quel âge avez-vous commencé à écrire ? Vous rappelez-vous de votre premier livre, ou de l'un d'entre eux (sans que celui-ci ne soit forcément publié ?)
B. P. : J’ai commencé vers 14 ans et il s’agissait de feuilletons d’aventure, que j’envoyais à mes copains et copines de classe pendant les vacances d’été !

C&B : Quel a été votre parcours professionnel ? (bac, études...)
B. P. : J’ai eu un bac S puis je me suis tourné vers la finance, qui mélangeait les chiffres et les lettres, non dans l’optique d’y travailler mais en me disant que je n’aurais pas trop de mal ensuite à trouver un job si l’écriture ne marchait pas. J’ai donc obtenu un DESS et un Magistère de finance. Mais je passais plus de temps dans les salles de ciné que dans les amphis de la fac !

C&B : A quelles occasions rencontrez-vous vos lecteurs ? (Prochainement ?)
B.P. : J’essaye de faire une signature par semaine depuis un an, pour faire connaître la série et discuter avec les lecteurs et les libraires. Vous pouvez retrouver le planning des signatures sur la page Facebook officielle de la série.

C&B : Quel est votre auteur(e) policier et/ou de thriller préféré ? Votre roman policier et/ou de thriller préféré ? Pourquoi ?
B. P. : J’adore Agatha Christie et Conan Doyle. Mais ce ne sont pas des thrillers, plutôt des romans à énigme. Alors je vais citer Loup Durand, avec Daddy, un thriller grandiose, la traque d’un enfant précoce pendant la seconde guerre mondiale, un livre que je relis entre chaque tome des Effacés, une histoire qui a peut-être précipité mon envie de devenir écrivain. Loup Durand est un auteur méconnu, trop méconnu. C’est un maître !

C&B : Travaillez-vous sur un projet autre que le tome 6 des Effacés en ce moment ? 
B. P. : Non ! Je suis à fond dans ma série Les Effacés !

C&B : Pourriez-vous nous dire si une nouveauté importante a lieu dans ce sixième tome ? (Sans nous la donner, pour garder le suspens intact ! :) ) 
B. P. : Mais oui ! Il y aura enfin toute la vérité sur Nicolas Mandragore et Dominique Destin. Ce qui les lie plus particulièrement. Et cela vous réservera bien des surprises, vous verrez !

C&B : Pourriez-vous nous raconter quelques anecdotes sur votre métier/vocation d'écrivain ?
B. P. : Pour cela, passez me voir à une séance de dédicaces, nous en discuterons ☺ !

C&B : Que vous a permis votre métier/vocation d'écrivain (Voyages, rencontres...) ?
B. P. : Beaucoup de belles rencontres, notamment avec Henri Mitterand, le grand spécialiste d’Emile Zola, qui est devenu un ami et qui m’a permis de faire une communication dans l’enceinte même du Panthéon pour le centenaire de la « panthéonisation » de mon écrivain préféré. Un des moments les plus intenses de ma vie d’auteur !

C&B : Quels conseils donneriez-vous à des jeunes qui veulent écrire, voire faire de leur passion leur futur métier ?
B. P. : Travailler ! L’inspiration, ce n’est qu’une infime partie du métier d’écrivain. Le reste, c’est du travail, de l’acharnement. Il ne faut jamais baisser les bras. Si on a cela « dans la carcasse » comme disait Paul Cézanne à propos de la peinture, alors on y arrivera. Il ne faut jamais se laisser décourager, même si le succès se fait attendre. Y croire, toujours !

C&B : Auriez-vous un mot pour les lecteurs de Coffee & Books ?
B. P. : Le mot LIRE, bien évidemment ! Merci et à bientôt peut-être en librairie ou sur un salon !

7 commentaires:

  1. Super ! Merci beaucoup Safran et un grand merci à Bertrand Puard d'avoir répondu aux questions. :) Les réponses sont toutes très intéressantes et j'ai pris du temps à les lire.
    Je n'ai jamais lu de romans de cet auteur mais je compte commencer, maintenant !

    RépondreSupprimer
  2. J'aime beaucoup les questions! Elles sont très intéressantes et les réponses sont superbes! Tu fais un travail fabuleux avec toutes ces interviews et ça m'a donné envie de me lancer dans la lecture de cette série.

    RépondreSupprimer
  3. Bravo à toi, Safran, ainsi qu'à Feuy ! Je vous admire pour ce superbe interview et ces questions intéressantes ! Bravo !
    J'avais commencé cette série, mais une copine m'avait découragée, me disant que c'était une lecture trop à l'eau de rose et intello. (Alors qu'elle ne l'avais jamais lu, seulement avec la couverture !).
    Bref, peut-être que je vais réessayer de la lire, sans aucune influence.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci :)
      Morale de l'histoire, ne jamais juger un roman sur sa couverture (au sens propre comme au sens figuré !) C'est plutôt un thriller politique ^^

      Supprimer
    2. Merveilleuse interview !
      Et Miel : j'ai posé que 2 questions alors...^-^ le mérite revient entièrement a Safran et Monsieur Puard.

      Supprimer
  4. j'ai beaucoup appris grâce à cette interview !
    Merci à Bertrand Puard pour avoir donné des réponses très intéressantes aux questions pertinentes de Safran, Feuy et Marinette (merci beaucoup à vous aussi bien sûr) !

    RépondreSupprimer

Coffee & Books demeure en ligne, mais il n'est plus possible de commenter les articles. Pour savoir pourquoi, merci de vous référer à l'article "Dernier baisers". Il est toujours possible de me contacter via l'adresse mail ou le formulaire prévus à cet effet.
Merci !

Les dernières chroniques

      

En cliquant sur les couvertures, vous accéderez aux dernières chroniques publiées sur Coffee & Books. Bonne lecture !

Vous aimerez aussi...

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Coups de coeur du moment