15 mai 2013

Céleste ma planète - Semaine Timothée de Fombelle






“Elle est apparue un matin dans l'ascenseur. On a monté cent quinze étages en silence. Puis elle est entrée dans l'école, comme moi. Pendant la récréation, elle est restée dans la classe. Moi, penché au parapet de la terrasse de verre, je me répétais : "Ne tombe pas, ne tombe pas, ne tombe pas. " J'avais peur de tomber amoureux. A l'heure du déjeuner, elle est partie et n'a jamais remis les pieds au collège. Il fallait que je la retrouve. "

Quand une histoire d'amour se fait combat écologique... Une réflexion sur l'environnement et l'avenir de la planète, où l'on retrouve toute la poésie de Timothée de Fombelle.



Je me rappelle d'un très bon roman à suspense, mystérieux avec des personnages attachants. On retrouve la simple et très poétique écriture de Timothée. L'écologie et le mot clé de cette histoire qui nous sensibilise à la pollution, à la déforestation et à tous les autres problèmes auxquels nous sommes confrontés. Céleste représente la race humaine, en voie de disparition. A lire, pour se rendre compte des conséquences de simples petits gestes comme laisser la lumière allumée quand on n'est pas dans la picèe, ou laisser l'eau couler trop longtemps, etc... Une belle leçon écologique !


«Entre rêve et cauchemar, Timothée de Fombelle nous invite à réfléchir au mal que nous faisons à la nature qui nous entoure, aux risques que nous prenons pour l'avenir ; mais ce faisant, il nous entraîne dans une lecture délicate et lumineuse» (Citrouille, juin 2009).
«Entre histoire d'amour et fable climatique, ce récit à l'écriture poétique, animée par le souffle de l'épopée, propose au lecteur une réflexion émouvante sur l'environnement et l'avenir de la planète. Une histoire forte dont le lecteur sort plus mûr» (L'Est-Eclair Libération, 23 août 2009).
«Cette histoire d'amour est une réflexion sur la société de consommation et ses effets néfastes sur l'écologie. Avec une note d'espoir» (Ouest-France 9 août 2009).
«Un court roman d'amour, écolo et original, une fable moderne et poétique, par l'auteur de Tobie Lolness» (DNA, 9 décembre 2009).


"Le syndrome du grille-pain. Je sentais mon coeur commencer à chauffer agréablement des côtés et puis il sautait en l'air, très haut, et atterrissait sur le carrelage."
" C'est grand chez moi. Trop grand. Je me perdais quand j'étais petit. [...]Il y avait sept chambres d'amis, et pas d'amis."

"La première fois qu'elle m'a embrassé, nous étions suspendus par des câbles à cent vingt mètres du sol, avec quinze hommes armés à nos trousses. C'est peut être pour cela que, pendant longtemps, je n'ai pu l'approcher sans avoir le vertige."

Merci à Nathan !



4 commentaires:

  1. Je n'ai jamais lu de livre de cet auteut, mais je crois que je vais ajouter celui-ci à ma wish list =)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je te le conseille de tout coeur ! Timothée de Fombelle est un grand auteur :)

      Supprimer
  2. Sarah-Dreameuse17 mai 2013 à 13:43

    J'avais lu cette histoire dans Je Bouquine il y a quelques années ;)!

    RépondreSupprimer
  3. Je l'ai lu aujourd'hui (merci Feuy et Safran) et j'ai vraiment beaucoup aimé. Un beau livre.

    RépondreSupprimer

Coffee & Books demeure en ligne, mais il n'est plus possible de commenter les articles. Pour savoir pourquoi, merci de vous référer à l'article "Dernier baisers". Il est toujours possible de me contacter via l'adresse mail ou le formulaire prévus à cet effet.
Merci !

Les dernières chroniques

      

En cliquant sur les couvertures, vous accéderez aux dernières chroniques publiées sur Coffee & Books. Bonne lecture !

Vous aimerez aussi...

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Coups de coeur du moment